AO 2022 : Ashleigh Barty, prophétesse en son pays

 - Romain Vinot

Soutenue par tout un peuple, Ashleigh Barty a remporté l’Open d’Australie 2022, son troisième tournoi du Grand Chelem, le premier à domicile.

Ashleigh Barty / Trophée Open d'Australie 2022©Corinne Dubreuil/FFT

L’attente était immense. 44 ans après la dernière victoire australienne à Melbourne, Ashleigh Barty a remporté l’Open d’Australie, son troisième Grand Chelem après Roland-Garros 2019 et Wimbledon 2021. Auteure d’un magnifique tournoi, elle a une nouvelle fois fait preuve de talent et de caractère en finale face à l’Américaine Danielle Collins (6/3, 7/6(2) en 1h27).

Comme un symbole, Christine O’Neil – dernière championne australienne de l’Open d’Australie en 1978 – est venue présenter la Daphne Akhurst Memorial Cup au public avant le début de la rencontre, faisant ainsi monter clairement la pression d’un cran.

Un match plus accroché

La pression, une interrogation évidemment sur les lèvres de tous les observateurs au début de cette rencontre. Face à l’histoire, Ashleigh Barty allait-elle enfin montrer des signes de nervosité ? Pour sa première finale, Danielle Collins serait-elle capable de jouer de manière aussi relâchée et agressive que lors de sa demi-finale expéditive face à Iga Swiatek ? Les deux protagonistes ont rapidement répondu à cette question majeure en remportant assez aisément leurs deux premières mises en jeu.

La numéro un mondial – qui avant cette rencontre avait remporté 46 de ses 47 jeux de service – a dû sauver une première balle de break à 2-2 d’un coup droit magnifique dans une zone inatteignable. Et comme souvent face aux grandes championnes, ne pas saisir une telle opportunité se paie cash. Dans le jeu suivant, c’est bien l’Australienne qui a frappé un premier grand coup en prenant l’engagement de son adversaire, sur une double faute. De quoi la libérer encore davantage pour s’envoler au score et conclure la première manche 6/3 en 32 minutes.

Dans un stade évidemment acquis à la cause de son adversaire, désormais bien lancée vers un titre en tout point historique, Danielle Collins a eu le mérite de ne pas se démobiliser. Consciente qu’elle devait commettre moins de fautes et enfin lâcher ses coups, elle est cette fois parvenue à faire le break d’entrée de deuxième set. Un avantage qu’elle a conservé au courage et au forceps, dans une rencontre de plus en plus intense et désormais rythmée par ses cris de rage et d’encouragement.

Le caractère d'une championne

Plus consistante mais également plus conquérante à l’image de sa position sur le court, elle a forcé Ash Barty à en faire plus et parfois trop. Menée 5-1, la reine du circuit s’est retrouvée dos au mur pour la première fois dans ce tournoi idyllique depuis son premier tour. Un scénario inattendu et crispant pour des spectateurs médusés par ce renversement de situation.

Plus de suspense, plus de points arrachés de haute lutte, que manquait-il à cette finale ? De la folie. Et il suffisait de la réclamer pour qu’elle fasse son apparition sur une Rod Laver Arena qui n’attendait que ça. Comme si elle n’avait plus rien à perdre, Barty a de nouveau lâché ses coups, bien aidée par sa fameuse préparation en slice de revers. Le premier débreak a immiscé le doute dans la tête de Collins, moins tueuse dans l’échange. Le deuxième a enflammé le stade et mis quasiment fin aux espoirs de l’Américaine même si cette dernière a obtenu le droit de disputer un tie-break. Un exercice totalement dominé pour l’enfant du pays, revenue de nulle part dans cette deuxième manche et qui ne pouvait pas laisser passer sa chance. Comme un symbole, elle a conclu son exceptionnel parcours sur un coup droit gagnant, son trentième de la rencontre.

Ashleigh Barty / Victoire Open d'Australie 2022©Corinne Dubreuil / FFT

Un formidable accomplissement

Habituellement réservée au moment de célébrer une victoire, Ashleigh Barty a cette fois davantage laissé éclater sa joie, dans un cri de rage qui en dit long sur son accomplissement. "C'était un peu surréaliste. Je pense que je ne savais pas trop quoi faire ou quoi ressentir, et c'était bien de pouvoir laisser échapper un peu d'émotion - ce qui est un peu inhabituel pour moi - et de pouvoir célébrer avec tous ceux qui étaient là dans le public. L'énergie était incroyable" a-t-elle confié en conférence de presse.

A seulement 25 ans, la numéro un mondial depuis septembre 2021 a réalisé son rêve en remportant "son" Grand Chelem sans même perdre le moindre set. Une domination globale et un sacre qui la confortent évidemment dans son fauteuil de patronne incontestée du circuit. Titrée sur dur, sur herbe et sur terre battue, elle rejoint le cercle très fermé des joueurs et joueuses en activité à avoir triomphé sur les trois surfaces (Serena Williams, Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic). "Je ne me sens pas vraiment à ma place parmi ces champions de notre sport. Je suis encore en train d'apprendre et d'essayer d'affiner mon jeu, de travailler chaque jour et de m'améliorer. C'est incroyable de vivre tout ça et d'avoir l'opportunité de jouer sur trois surfaces différentes en étant constante. Je me sens très chanceuse et privilégiée" a-t-elle également expliqué.

Désormais à trois victoires en autant de finale de Majeur, elle va pouvoir célébrer ce titre en tout point historique avant de repartir au combat dans l'espoir de garnir encore un peu plus un palmarès déjà magnifique.

Ashleigh Barty et Danielle Collins / Open d'Australie 2022©Corinne Dubreuil/FFT

Kyrgios et Kokkinakis à la fête en double

Après le titre d’Ashleigh Barty en simple dames, l’Australie était également certaine d’être sacrée en double messieurs. Et la paire Kyrgios / Kokkinakis - en feu pendant toute la compétition - a conclu en beauté cette folle aventure en prenant le meilleur sur le duo Ebden / Purcell (7/5, 6/4 en 1h35). Soutenus par des spectateurs avides de show et de performances retentissantes, ils ont notamment triomphé des têtes de série n°1 et n°3 durant le tournoi. Un premier trophée en Grand Chelem mérité pour les deux amis, qui ont évidemment eu des mots très sympas l’un pour l’autre en fin de rencontre. "Quelle semaine ! Nick je t’aime mon frère ! Remporter un Grand Chelem avec toi c’est fou, merci évidemment à tout le monde de nous avoir autant soutenus a lancé Kokkinakis avant que Kyrgios ne surenchérisse : c’est un rêve devenu réalité de jouer avec mon pote et de remporter le trophée".

Thanasi Kokkinakis & Nick Kyrgios / Open d'Australie 2022©Corinne Dubreuil / FFT